DIDIER STEYAERT
PHOTOGRAPHY

Bienvenue sur Mon Blog!

simple website creator

Dernières Photos

Street Photography

By Didier Steyaert posted April. 9, 2020 - Geneva

     Commencer la photographie de rue n'est pas une tâche facile et passer de la photo d’insecte à la prise de vue dans la rue, c'est comme monter dans une Porsche après avoir conduit une Fiat 126.

C'est intimidant au début, mais assez excitant une fois que vous vous y mettez.

Voici quelques conseils pour se lancer.


1. Laissez tomber votre zoom et utilisez un objectif grand angle

Vous pourriez être tenté d'utiliser votre 70-200 pour vous sentir moins «gêné» de prendre des photos dans la rue. Au contraire, cela fera beaucoup plus de mal que de bien.

Vous serez vite repéré et les gens risquent de se sentir visé.

Donc utilisant un grand angle vous semblerez moins menaçant et vous pouvez toujours capturer vos sujets sans nécessairement pointer votre appareil photo directement vers eux.


2. Emportez toujours votre appareil photo avec vous

Vous avez entendu cela un million de fois et vous savez que vous devriez. On trouve toujours de bonnes excuses: "C'est trop lourd, c'est ennuyeux, c'est compliqué, c'est frustrant."

Au minimum, équipez vous d’un bon compact … ca prend pas de place et en plus c’est discret.

Et puis, le meilleurs des appareils n’est il pas celui que vous avez toujours avec vous?


3. Restez souriant

C'est drôle jusqu'où un sourire peut vous amener, surtout quand on shoot dans la rues.

En souriant à des étrangers, on obtient un taux de réponse de 95%. Même certaines des personnes les plus inaccessibles vous souriront. En souriant souvent aux autres, cela vous aidera à vous détendre et à alléger l'atmosphère autour de vous. Les gens vous feront plus confiance.


4. Demander la permission

Bien que de nombreux puristes de la photographie de rue disent que la seule vraie photographie de rue est volée, je ne suis pas tout à fait d'accord avec eux. N'hésitez pas à vous adresser aux personnes qui vous semblent intéressantes et demandez leur l'autorisation pour faire un portrait. Les gens adorent se faire prendre en photo et tant que vous agissez avec courtoisie, la plupart des gens acceptent.

Dans tous les cas, montrez leur la photo et proposez de leur envoyer les photos à posteriori.


5. Soyez respectueux:

Pas de photos de sans-abri. Bien que je convienne qu'il y a des images de bon goût prises de sans-abri qui appellent les gens à aider ces personnes, il y a aussi beaucoup d'images qui ressemblent à une pure exploitation. Avant de prendre ce genre d'images, réfléchissez au message que vous essayez de transmettre. Photographiez vous dans le but de faire prendre conscience des situations atroces dans lesquelles vivent de nombreux sans-abri? Ou prenez-vous simplement une photo d'une personne sans-abri dans le but de prendre sa photo? Personne ne peut être juge - vous seul pouvez décider.


6. Just do it

Le dernier mais le plus important des conseils. La photographie ne se fait pas derrière l'écran d'ordinateur, mais dans la rue avec un appareil photo à la main. Honnêtement, en fin de compte, toute cette obsession pour les appareils photo, les objectifs et les équipements n'a pas d'importance. Prenez votre appareil photo, visez et shootez….

La beauté du monde vous attend - ne manquez pas votre chance.


     Starting street photography is not an easy task, and moving from doing macro photography to taking pictures on the street is like getting into a Porsche after driving a Fiat 126.

It's intimidating at first, but pretty exciting once you get started.

Here are some tips to start.



1. get rid of your telelens and use a wide angle lens

You may be tempted to use your 70-200 to feel less “embarrassed” about taking pictures on the street. Per contra, that will do much more harm than good.

You will be quickly spotted and people may feel targeted.

So using a wide angle you will seem less threatening and you can still capture your subjects without necessarily pointing your camera directly at them.


2. Always take your camera with you

You have heard this a million times and you know you should. There are always good excuses: "It's too heavy, it's boring, it's complicated, it's frustrating."

At a minimum, equip yourself with a good compact ... it is lightweight and discreet.

Besides, isn't the best device the one you always have with you?



3. Stay smiling

It's funny how far a smile can take you, especially when you shoot in the streets.

By smiling at strangers, you get a 95% response rate. Even some of the most inaccessible people will smile at you.

By smiling often at others, this will help you to relax and lighten the atmosphere around you. People will trust you more.



4. Ask permission

Although many street photography purists say that the only real street photography is stolen, I don't quite agree with them.

Do not hesitate to contact the people who seem interesting to you and ask their authorization to make a portrait.

People love being photographed and as long as you act with courtesy, most people accept it.

In any case, show them the photo and offer to send them the picture afterwards.


5. Be respectful:

No pictures of homeless. While I agree that there are tasteful images taken of homeless people calling into helping these people, there are also many images that look like sheer exploitation.

Before taking these kinds of pictures, think about the message you are trying to communicate.

Do you photograph in order to raise awareness of the atrocious situations in which many homeless people live?

Or are you just taking a photo of a homeless person in order to take their photo?

No one can be a judge - only you can decide.


6. Just do it

The last but most important tip.

Photography is not done behind the computer screen, but on the street with a camera in hand. Honestly, at the end of the day, this whole obsession with cameras, lenses and equipment doesn't matter. Take your camera, point-and-shoot….

The beauty of the world awaits you - don't miss your chance.

Macro Photographie

By Didier Steyaert posted Feb. 23, 2020 - Geneva

The term "Macro" means photography of small subjects. It can be insects, electronic components, or small

parts of larger elements. Usually we talk about macro from a magnification ratio of at least 1:1.


What is ratio 1: 1

Concretely, a subject which measures 1 mm in reality also measure 1 mm on the sensor, or 24x36 film.

Therefore a subject of 3.6 cm length occupies the entire length of the picture.

This is valid for "full frame" sensors.

But with digital sensors APS-H (coefficient 1.3) and APC ( Coeff 1.6), the reasoning becomes more complex

as the object of 3.6cm far beyond the scope of the picture.

Today, we usually name macro any photo that shows something small, a detail or a close up.

It is a misnomer that are responsible hardware manufacturers themselves, who often describe their lens as

"macro" while those will not achieve this 1:1 ratio.

It is more close-up picture and the term is rather dedicated proxy-photography.

It is then usually found at ratios of 1: 2 or 1: 4.


The insect takes afraid if we approach?

Insects are an extremely difficult subject to play with.

In the day, they are very mobile.

They need heat to move, the best time to photograph them is early morning under a beautiful light, before the

sun warms them up.

The 100 mm or 150 mm and 180 are excellent for these subjects so difficult to approach.

For proxy, Canon have a 300mm f / 4, the minimum focusing distance is very short (1.5 m). A good option.

Like Wildlife photography, a good knowledge of species is essential. This will let you search for invertebrates

on the right plant (hosts), in the right environments (ponds, limestone plains ...) at the right period.

You will increase your chances to capture interesting behavior such as couplings, or the emergence of

dragonflies.


Weather conditions are they good for Macro?

Very cloudy, give you a box to natural light, much more interesting than a large midday sun.

If there is wind: stay home !! You may go home without pictures ... and somewhat nervous.

If it's cold, the chance is small to see lots of insect. You must use these periods to find new places.


Conclusion

The macro meets specific codes but is not materially demanding. Do not hesitate to get up early. It's a wonderful  world that waits for you. Vary the playgrounds, you will multiply the species encountered.





Le terme «macro» signifie la photographie de petits sujets. Il peut s'agir d'insectes, de composants électroniques ou de petits

parties d'éléments plus grands. Habituellement, nous parlons de macro à partir d'un rapport de grossissement d'au moins 1: 1.


Qu'est ce que le rapport 1: 1

Concrètement, un sujet qui mesure 1 mm en réalité mesure également 1 mm sur le capteur, ou film 24x36.

Par conséquent, un sujet de 3,6 cm de longueur occupe toute la longueur de l'image.

Ceci est valable pour les capteurs "plein format".

Mais avec les capteurs numériques APS-H (coefficient 1,3) et APC (Coeff 1,6), le raisonnement devient plus complexe

car l'objet de 3,6 cm sera plus grand que le capteur.

Aujourd'hui, nous appelons souvent macro n'importe quelle photo qui montre quelque chose de petit, un détail ou un gros plan.

C'est un terme impropre dont sont les fabricants de matériel responsables eux-mêmes, qui décrivent souvent leur objectif comme  "macro" alors que ceux-ci n'atteindront pas ce rapport 1: 1. 

C'est plus une photo rapprochée et le terme dédié est proxy-photo.

On se trouve alors généralement à des rapports de 1: 2 ou 1: 4.



Les insectes prennent ils peur si on s'approche?

Les insectes sont des sujets extrêmement difficile à approcher.

Le jour, ils sont très mobiles.

Ils ont besoin de chaleur pour bouger, le meilleur moment pour les photographier est tôt le matin sous une belle lumière, avant

le soleil les réchauffe.

Les 100 mm ou 150 mm et 180 sont des focales excellentes pour ces sujets si difficiles à aborder.

Pour la proxy, Canon a un 300 mm f / 4, la distance minimale de mise au point est très courte (1,5 m). Une bonne option.

Tout comme la photographie animalière, une bonne connaissance des espèces est essentielle. Cela vous permettra de rechercher des invertébrés  sur la bonne plante (hôte), dans les bons environnements (étangs, plaines calcaires ...) à la bonne période. 

Vous augmenterez vos chances de capturer des comportements intéressants tels que les accouplements ou l'émergence de

libellules.


Les conditions météorologiques sont-elles bonnes pour Macro?

Lorsque le temps est nuageus, cela vous donne une tres belle lumière naturelle, bien plus intéressante qu'un grand soleil de midi.

S'il y a du vent: restez à la maison !! Vous pouvez rentrer chez vous sans photos ... et souvent décevant.

S'il fait froid, les chances sont faibles de voir beaucoup d'insectes. Vous devez utiliser ces périodes pour trouver de nouveaux endroits.


Conclusion

La macro répond à des codes spécifiques mais n'est pas matériellement exigeante. N'hésitez pas à vous lever tôt. C'est un magnifique  monde qui vous attend. Variez les aires de jeux, vous multipliez les espèces rencontrées.

CERN Open Days 2019

By Didier Steyaert posted Jul. 16, 2019 - Geneva

Les 14 et 15 septembre 2019, le CERN a ouvert ses portes au grand public au cœur de l’un des plus grands laboratoires de physique des particules du monde.

Les journées portes ouvertes ont été une occasion unique de visiter le CERN, presque de 75 000 visiteurs en ont profité et j'ai eu la chance de couvrir cet évènement.

On 14 and 15 September 2019, CERN opened its doors to the public at the heart of one of the largest particle physics laboratories in the world.

The open days were a unique opportunity to visit CERN, almost 75,000 visitors benefited and I had the chance to cover this event.

Ho Chi Minh - Street photographie dans le Quartier Cholon

By Didier Steyaert posted Jul. 16, 2019

Not easy to know how to do and behave when traveling: this is the conclusion I made on my last trip with a strong desire for street photography.

So, I looked for a local photographer and came across the site of Arnaud Foucard:

www.vietnamphotoadventures.com

Arnaud offers, among other things, a few hours of accompaniment in the Chinatown of Ho Chi Minh: the Cholon district.

This district, very little frequented by tourists, has preserved its traditions and its unique blend of Chinese and French influenced architecture.

The colorful lanes, with worn yellow and green walls, provide an ideal background for dynamic street scenes.

Departure at dawn for 4/5 hours of photographic walk, Arnaud presented us some techniques related to street photography as well as basic vocabulary then put into practice by capturing street vendors and bystanders during their daily activities .


Street photography from a different angle, looking for the right light and anticipating shots by working in advance on settings and composition.

The morning is over by crossing a local market with an incredible atmosphere.

If this meeting did not please me I will not even talk about it and it is by these few lines that I wanted to share this experience and especially this meeting with Arnaud who speaks French, English and Vietnamese.


Pas facile de savoir comment faire et se comporter lorsque l’on voyage: c’est le constat que j’ai fait lors de mon dernier voyage avec une forte envie de photo de rue.

Alors, j’ai cherché un photographe local et suis tombé sur le site d’Arnaud Foucard:

www.vietnamphotoadventures.com

Arnaud propose, entre autre, un accompagnement de quelques heures dans le Chinatown de Ho Chi Minh: le quartier Cholon.

Ce quartier, très peu fréquenté par les touristes, a su préserver ses traditions et son mélange unique d'architecture d'influence chinoise et française.

Les ruelles très colorées, avec des murs jaunes et verts usés, offrent un décor idéal pour des scènes de rue dynamique.

Départ aux aurores pour 4 à 5 heures de balade photographique, Arnaud nous a présenté quelque techniques relatives à la photographie de rue ainsi que du vocabulaire de base puis mise en pratique en capturant des vendeurs de rue et des passants dans le cadre de leurs activités quotidiennes.

Photographie de rue sous un angle différent, recherche de la bonne lumière et anticipation des prises de vue en travaillant à l'avance sur les réglages et la composition.

La matiné c’est finie par la traversé d’un marché local avec une atmosphère incroyable.

Si cette rencontre ne m’avait pas plu je n’en parlerai même pas et c’est par ces quelques lignes que je voulais partager cette expérience et surtout cette rencontre avec Arnaud qui parle Francais, Anglais et Vietnamien.


Rumah Keluarga Bali

By Didier Steyaert posted Jul. 09, 2019

Séjours chez Nyoman et son fils Eka qui sont des balinais francophone, artiste peintre et chauffeur/guide de Bali et java.

Leur maison d'hôtes se trouve pas très loin d'Ubud dans le village d’artiste de Keliki.

Indépendants, ils attachent une grande importance à la tradition, à la connaissance de la culture de l’île et au partage.

Au programme : découverte des charmes et beauté de l’île, ses sites incontournables et insolites, tout en partageant avec vous l’enthousiasme, la gentillesse et délicatesse des balinais.

Vous pourrez apprécier ses rizières en terrasse lors d’une balade dans la jungle de Keliki à Ubud, les reliefs volcanique et leurs source chaudes, les temples, les sites architecturaux, les traditions et coutumes ainsi que les plages paradisiaques.

Ils vous proposent une grande variétés de tours découverte à la journée, modulables selon vos envies et passions.

N'hésitez pas à les contacter via leur page facebook: https://www.facebook.com/rumahkeluargabali/

Pour ma part, cela aura été, de tous mes voyages, l’un de mes meilleurs séjours ...

Stays at Nyoman and his son Eka who are French Balinese, painter and driver/guide of Bali and java.

Their guest house is not far from Ubud in the artist village of Keliki.

Independent, they attach great importance to the tradition, to the knowledge of the culture of the island and sharing.

On the program: discovery of the charms and beauty of the island, its unmissable and unusual sites, while sharing with you the enthusiasm, kindness and delicacy of the Balinese.

You will be able to enjoy its terraced rice fields during a walk in the jungle from Keliki to Ubud, the volcanic reliefs and their hot water, the temples, the architectural sites, the traditions and customs as well as the paradisiac beaches.

they offer a wide variety of tours discovered by the day, flexible according to your desires and passions.

Feel free to contact them via their facebook page: https://www.facebook.com/rumahkeluargabali/


For my part, it has been, of all my travels, one of my best stays ...

Sri Lanka

By Didier Steyaert posted Mai. 07, 2019

Le Sri Lanka est une grosse île de 200 par 450 km du sous-continent indien, situé au sud-est de l'Inde, et peuplé de vingt-deux millions d'habitants.

Le Sri Lanka était aussi nommé Ceylan jusqu'en 1972.


Le pays possède une grande diversité religieuse, culturelle et linguistique. Ainsi, le Sri Lanka possède deux langues officielles reconnues par la Constitution du pays à parts égales, le cingalais et le tamoul. La première est prédominante dans la plus grande partie du pays, 73,8 % de habitants sont cingalais, pour environ 26,1 % de tamouls.

Une guerre civile prend de l'ampleur à compter de 1983 : elle oppose le gouvernement Cingalais au Tigres tamoul.

En prenant en compte les événements d'avant la guerre proprement dite, cette guerre civile a causé la mort de plus de 100 000 personnes depuis 1972.

Le Sri Lanka a été gravement touché par le tsunami du 26 décembre 2004 autant au niveau matériel qu'au niveau humain (plus de 30 000 morts confirmés et de 21 000 blessés).

Après la trêve de 2002-2005, le conflit s'accélère et rentre dans une phase décisive en 2009. Avec l'appui logistique de la Chine et du Pakistan, le président Rajapakse (élu sur un programme ultra-sécuritaire) mène une « guerre contre le terrorisme » dont il veut purger le pays. L'offensive est particulièrement sanglante avec 40 000 morts selon des estimations qui ne prennent pas en compte plusieurs dizaines de milliers de disparus (dont une grande partie de civils).

Les combats cessent le 17 mai 2009 et le chef de l’État Sri Lankais déclare solennellement le 19 mai 2009 devant le Parlement la victoire écrasante de la République démocratique et socialiste du Sri Lanka.

Cette magnifique ile au sud de l'Inde est devenu une destination à la mode depuis la fin de la guerre civile.. Entre paysages de montagne, jungle, plages de rêve et culture (l’un des berceaux du bouddhisme), le Sri Lanka est un petit pays qui a beaucoup à offrir.

Bien que le Sri Lanka soit relativement petit, les infrastructures et la topographie du pays font que les temps de transport sont très longs, pour parcourir des distances plutôt faibles: il faut compter 1 heure pour 30 km parcourus que ce soit en train ou en voiture. (Source Wikipedia)


Pour notre premier voyage, qui aura duré deux semaines, nous nous sommes concentrés sur le triangle culturel, entre Mihintale, Sigirîya et Kandy ainsi que sur Sud de l’île qu’on appelait encore jadis Ceylan.

Nous sommes arrivé à Colombo en début de journée et avons décidé de finir cette journée à Negombo afin de nous remettre du voyage et du décalage horaire.

La plupart de nos déplacements ont été fait en taxi (il faut compter de 30 à 50 euros pour un journée complète) sauf le voyage vers Kandy que nous avons fait en train (2 à 3 euros par personne).

Pour ce qui est des logements , nous avons organisé notre voyage en réservant des guesthouses et des homestays afin de faire des rencontres et de profiter et partager la vie des locaux.

Une fois sur place, on s'est rendu compte qu'il est facile de partir à l'aventure et de trouver de quoi se loger au dernier moment. Les prix sont dérisoires ... De 5 à 10 euros par nuit.

Globalement, nous avons un retour très positif sur notre séjour ! Nous avons trouvé les Sri Lankais généreux, souriants et sympathiques.

La cuisine sri lankaise devient vite répétitive mais nous avons tout de même déniché quelques incontournables tels que le Kottu roti, le Biryani, le fired rice ou encore le Devilled  .

En général, on peut faire confiance à TripAdvisor pour trouver les meilleures tables des alentours.

Depuis la fin de la guerre civile, le Sri Lanka est en train de s’ouvrir au tourisme mais n’est pas encore tout à fait prêt. Il n’est pas rare de galérer plus d’une heure pour trouver son bus ou de ne pas pouvoir disposer d’une carte pour se repérer dans un lieu touristique, malgré des entrées à plus de 20 € ! Et oui, pour certains sites touristiques (Anuradhapura ou Sigirîya par exemple), l’entrée est excessivement chère, par rapport au niveau de vie du pays mais heureusement les locaux bénéficient d’un tarif spéciale.

Les lieux de culte sont immenses et la ferveur qui y règne est remarquable. Les paysages montagneux de Nuwara Eliya et ses alentours valent vraiment le détour. Colombo, la capitale, est l’exception : moderne et en pleine expansion, nous avons trouvé cette ville irrespirable. Globalement, les Sri Lankais ont un très mauvais rapport à l’environnement, n’hésitant pas à jeter leurs déchets plastiques par la fenêtre du bus ou du train en marche… Concernant le climat, il fait très chaud et humide à Colombo (difficilement respirable), chaud et sec dans le centre (Annuradhapura, Kandy) et plutôt froid dans les montagnes de Nuwara Eliyah !


Vous voulez voir plus de photos: Cliquez ici

Sri Lanka is a large island of 200 by 450 km of the Indian subcontinent, located in the south-east of India, and populated by twenty-two million inhabitants.

Sri Lanka was also named Ceylon until 1972.


The country has a great religious, cultural and linguistic diversity. Thus, Sri Lanka has two official languages ​​recognized by the country's Constitution in equal parts, Sinhalese and Tamil. The former is predominant in most parts of the country, with 73.8% Sinhalese and 26.1% Tamil.


A civil war has been growing since 1983: it opposes the Sinhalese government to the Tamil Tigers.

Taking into account the events before the war itself, this civil war has caused the death of more than 100,000 people since 1972.


Sri Lanka was severely affected by the 26 December 2004 tsunami, both at the material and human levels (more than 30,000 confirmed deaths and 21,000 injuries).

After the truce of 2002-2005, the conflict accelerates and enters a decisive phase in 2009. With the logistical support of China and Pakistan, President Rajapakse (elected on an ultra-safe program) leads a "war against terrorism "which he wants to purge the country. The offensive is particularly bloody with 40 000 deaths according to estimates that do not take into account several tens of thousands of missing (including a large part of civilians).

The fighting ends on May 17, 2009 and the Sri Lankan Head of State solemnly declares on May 19, 2009 in front of the Parliament the overwhelming victory of the Democratic and Socialist Republic of Sri Lanka.


This beautiful island in southern India has become a fashionable destination since the end of the civil war. Between mountain landscapes, jungle, dream beaches and culture (one of the cradles of Buddhism), Sri Lanka is a small country that has a lot to offer.

Although Sri Lanka is relatively small, the infrastructure and topography of the country mean that transport times are very long, to travel distances rather low: it takes 1 hour for 30 km traveled whether by train or car . (Source Wikipedia)



For our first trip, which lasted two weeks, we focused on the cultural triangle, between Mihintale, Sigiriya and Kandy and on the south of the island that was once called Ceylon.

We arrived in Colombo early in the day and decided to end this day in Negombo to recover from the trip and jet lag.

Most of our trips were done by taxi (it costs 30 to 50 euros for a full day) except the trip to Kandy we made by train (2 to 3 euros per person).


In terms of housing, we organized our trip by booking guesthouses and homestays to meet and enjoy and share the lives of locals.


Once on site, we realized that it is easy to go on an adventure and find accommodation at the last moment. Prices are ridiculous ... From 5 to 10 euros per night.

Overall, we have a very positive feedback on our stay! We found the Sri Lankans generous, smiling and friendly.

Sri Lankan cuisine quickly became repetitive, but we still found some essential items such as Kottu roti, Biryani, fired rice or Devilled.


In general, TripAdvisor can be trusted to find the best tables in the area.

Since the end of the civil war, Sri Lanka is opening up to tourism but is not quite ready yet. It is not uncommon to go over an hour to find his bus or not be able to have a map to find a place in a tourist, despite entries to more than 20 €!

And yes, for some tourist sites (Anuradhapura or Sigiriya for example), the entrance is excessively expensive, compared to the standard of living of the country but fortunately the locals enjoy a special rate.

The places of worship are immense and the fervor that reigns there is remarkable. The mountainous landscapes of Nuwara Eliya and its surroundings are really worth seeing. Colombo, the capital, is the exception: modern and expanding, we found this city unbreathable. Overall, the Sri Lankans have a very bad relationship with the environment, not hesitating to throw their plastic waste by the window of the bus or the train running ... Regarding the climate, it is very hot and humid in Colombo (difficult to breathe) ), hot and dry in the center (Annuradhapura, Kandy) and rather cold in the mountains of Nuwara Eliyah!


Want to see more pictures: Click here

Un long week-end en Israël …

By Didier Steyaert posted Nov. 08, 2018

“Pour venir à Tel Aviv cela ne me prend pas plus de temps que de prendre un long métro …” bon c’est un peu exagéré mais c’est vrai que la destination n’est qu’à 4 heure de la France.

Quitter la grisaille de Novembre, le temps d’un long week-end, Israël est la destination idéal qui allie à la fois visites culturelles, séance farniente en bord de mer et expériences culinaires.

 

Israël ne m’a pas laissé indifférent... Un week-end de 4/5 jours suffit amplement pour goûter aux joies des visites dans la ville de Tel Aviv, visiter les sites historiques de Jérusalem, une excursion à la mer morte et profiter de la plage.

L’aller-retour vers Tel Aviv, depuis Genève, nous a coûté un peu plus de 100 euros par personne et aucun visa n’est nécessaire avant votre arrivé. Les douaniers pourront vous poser quelques questions sur la nature de votre séjour et vous délivreront un ticket de séjour à présenter notamment lors du retour.

 

Normalement il pleut en Novembre en Israël mais on eu de la chance car la saison des pluies n’avait pas commencé et on a profité de températures largement au dessus de 30 degrés facilement supportable car avec un taux d’humidité très faible.

 

Pour ce qui est du logement, on a opté pour un Airbnb dans Tel Aviv à 400m de la plage … Mais il y a plein de solution que vous soyez seul ou en famille.

 

Pour se déplacer, ne connaissant pas le pays, nous avons opté pour les transport en commun qui sont très performants dans tout le pays.

Pour les amoureux du 2 roues, il y a 120 km de pistes cyclable dans Tel Aviv.

Tel Aviv : Tel Aviv est une ville très cosmopolite, on y entend beaucoup le francais et le russe. Les plages de la ville sont très belles et très bien aménagées et la ville regorge de parcs et d’espaces verts. Si vous avez le temps vous pouvez passer au musée d’art de la ville, mais surtout allez vous perdre dans le quartier de Jaffa.

Jérusalem : Terre Sainte, Jérusalem est le haut lieu des trois grandes religions que sont : L’Islam, Le Christianisme et le Judaïsme. La ville est très moderne et un tram vous emmène directement de la gare de bus à la vieille ville. Ne loupez pas le Dôme du Rocher, le mur des lamentations en passant par la Basilique du Saint-Sépulcre. Jérusalem est une ville palpitante et pleine de vie qui ne vous laissera pas indifférent.

La mer morte : c’est le spot incontournable pour tous ceux qui visitent Israël. Située à 420 mètres en dessous du niveau de la mer, soit le point le plus bas du globe, la mer morte est en fait un immense lac très salé: 280 gr par litre d’eau … c’est presque 10 plus que l’Atlantique. pour y aller, il y a un seul bus direct depuis Tel Aviv et beaucoup plus depuis Jerusalem


Evidemment, 5 jours ne sont pas suffisants et il reste beaucoup de chose à voir pour de prochains séjours: Nazareth, Bethléem, Le monastère Saint-Georges datant du 4e siècle, Qasr El Yehud : le site où Jésus se serait fait baptiser selon le Nouveau Testament ou encore le désert de Judée


"To come to Tel Aviv it does not take me more time than taking a long metro ..." well it's a little exaggerated but it's true that the destination is only 4 hours from France.

Leaving bad weather of November for a long weekend, Israel is the ideal destination that combines cultural visits, beachside relaxation and culinary experiences.

 

Israel did not leave me indifferent ... A weekend of 4/5 days is enough to taste the joys of visits in the city of Tel Aviv, visit the historic sites of Jerusalem, a trip to the Dead Sea and enjoy from the beach.

The round trip to Tel Aviv, from Geneva, cost us just over 100 euros per person and no visa is required before your arrival. The customs officers will be able to ask you some questions about the nature of your stay and will deliver you a ticket of stay to present in particular during the return.

 

Normally it rains in November in Israel but we were lucky because the rainy season had not started and we enjoyed temperatures well above 30 degrees with a very low humidity.

 


In terms of accommodation, we opted for an Airbnb in Tel Aviv 400m from the beach ... But there is plenty of solution whether you are alone or with family.

 

To move, not knowing the country, we opted for public transport that is well organized throughout the country.

For lovers of 2 wheels, there are 120 km of bike paths in Tel Aviv.


Tel Aviv: Tel Aviv is a very cosmopolitan city, you can hear a lot of French and Russian. The beaches of the city are very beautiful and well appointed and the city is full of parks and green spaces. If you have the time you can go to the art museum of the city, but most of all get lost in the Jaffa district.


Jerusalem: Holy Land, Jerusalem is the Mecca of three great religions: Islam, Christianity and Judaism. The city is very modern and a tram takes you directly from the central bus station to the old town. Do not miss the Dome of the Rock, the Wailing Wall through the Basilica of the Holy Sepulcher. Jerusalem is a thrilling city full of life that will not leave you indifferent.


The Dead Sea: it's the must-see spot for anyone visiting Israel. Located 420 meters below sea level, the lowest point on the globe, the Dead Sea is actually a huge, very salty lake: 280 gr per liter of water ... it's almost 10 times more than Atlantic. to get there, there is only one direct bus from Tel Aviv and many more from Jerusalem



Of course, 5 days are not enough and there are much more to see for future stays: Nazareth, Bethlehem, the 4th century Saint George Monastery, Qasr El Yehud: the site where Jesus would be baptized according to the New Testament or the Judean Desert.

VIBRATIONS ....

By Didier Steyaert posted Mar. 03, 2018

Cette série reflète mes impressions; celles que j'ai eu lors de mes premières visites à New-York.

Une sorte de vibration, une émotion, une surexcitation de tous mes sens .... les odeurs, le bruit constant,

les bruits stridents, la foule, le scintillement des lumières, la démesure ....

se sentir tout petit dans cette jungle verticale et vertigineuse.

Retrouvez l'ensemble de la serie sur https://500px.com/dstphoto/galleries/nyc-parallele

Bali

By Didier Steyaert posted Jan. 28, 2018

Après trois semaines à Bali voici quelque photos de personnes au fils des rencontres.

Art, travail des champs, spiritualité ... que de belles rencontres.

Série Noir et blanc ...

After three weeks in Bali here are some pictures of people we met.

Art, work of the fields, spirituality ... .

Black and white serie ...

Test du Livre SAAL Digital

By Didier Steyaert posted Dec. 1, 2017

Après avoir vu plusieurs messages de Saal Digital pour tester leur livre photo, j’ai enfin pris le temps d’en créer un pour voir ce que cela donne.

Sur leur site: http://www.saal-digital.fr/ on peut lire “Saal Digital - choisissez la qualité pour vos produits photo ! Créez vos produits photo personnalisés !“ alors j’ai testé ...


Pourquoi ce livre. Celui-ci sert de prototype pour un livre que je compte proposer lors d’une exposition en 2018. Par conséquent, la qualité et le prix sont très importants pour moi, en effet un livre à 200 euros ne se vendrait pas alors j'ai regardé chez les fournisseurs qui pourraient produire rapidement un beau livre photo. De plus, Saal Digital offre, pour les photographes, 10-40% de réduction sur la commande totale, en fonction du volume de la commande.


Le Software


Des logiciels dédiés sont disponibles pour créer votre album sous Windows et Mac OS. L’installation est simple sur Windows et l'interface est relativement intuitive.Certaines fonctions, comme les raccourcis clavier Annuler et Rétablir, sont bien implémentés, ce qui vous fait gagner du temps lors du réglage précis de la position des photos.

Centrer une image sur une page n'est malheureusement pas si simple dans cette application, il manque une aide et peut être une fonction centrer ... Il y a des tonnes de mises en page prédéfinies à choisir et vous pouvez même créer la votre propre à partir d’un de vos livres. Saal Digital propose des plugins InDesign et Photoshop ainsi que tous les profil ICC pour leurs produits.


Création de l’album


Dans logiciel Saal's Design, toutes les options de personnalisation sont également disponibles. Vous avez le choix entre 16 types de couvertures, du faux-cuir à l'impression photo brillante en passant par le mat.

Pour ce qui est du type de papier, il y a trois types de papier photo …. (là j’insiste: du papier photo) le standard est le papier brillant (je n’aime pas trop en general car trop de reflets). Si vous choisissez un papier mat, c’est moi chère.

Enfin, en ce qui concerne les options, SAAL propose deux types de boîte allant de 20 à 25 euros suivant la taille du livre: c’est intéressant pour les livres de mariage.




Qualité


Je viens recevoir le livre, ca a ete rapide et il est bien protégé: une boîte extérieure robuste en carton et une mousse de protection. Il y a une troisième couche d'emballage sous la forme d'une enveloppe plastique pour garder l'humidité hors de votre album. Quand je déballe le livre, c'est une belle surprise de voir que le titre de couverture est très lisible. Les photos seront imprimées sur du papier Fujicolor Crystal Archive Album. Les dos de chaque impression sont collés ensemble résultant en une épaisseur de page de 0,34 mm. Si ce n'est pas assez lourd, vous pouvez toujours choisir l'album extra épais à 1,08 mm par page. Vous avez deux options de finition papier à choisir: Brillant ou mat. J'ai opté pour la finition mat dans cette revue. Bien que je ne sois personnellement pas fan de Crystal Archive à cause de son lustre (même sur la version mat), je dois dire que ces pages épaisses sont une joie à tourner.

Le livre est relié à plat, ce qui signifie que vous pouvez imprimer une image panoramique couvrant deux pages sans une horrible ligne de coupe juste en face de votre belle photo. A voir à l’utilisation, comment cela va vieillir.


Pour résumer


Saal Digital propose un livre de haute qualité pour un prix compétitif à partir de 19,95 € pour un album de 15x21 cm de 26 pages, 36,85€ pour 58 pages et 62,85 € pour 90 pages .


J’aime


- La qualité d'impression ainsi que la qualité de construction de l'album sont très élevées. Vous en aurez pour votre argent.

- Rapide: de la commande à la livraison seulement une semaine.

- L’impression est très bien contrôlé, ce qui rend vos images pointues et votre texte lisible - même avec du texte blanc sur fond noir.


J’aime moins


- 5 € de plus pour retirer le code-barres à l'arrière de votre album (ce code-barres ne me gêne pas vraiment)

- Le logiciel de création: ajout d’options de centrage ou d'alignement

- Un plus grand choix de papiers rendrait vraiment l'offre plus complète

Les Alpes

By Didier Steyaert posted Nov. 25, 2017

Les Alpes c'est un pays profond où le ciel, fatigué d'être bleu, s'est allongé sur la montagne.

En haut des cimes on se rend compte que la neige, le ciel et l'or ont la même valeur ....

Le Mariage

By Didier Steyaert posted Nov. 22, 2017

Voici les quelques règles à respecter pour un shooting durant un mariage:

1. Définir les attentes avec le couple

Montrez-leur votre travail / style. Discutez de leurs attentes, du nombre de photos, les éléments clés qu'ils veulent, comment les clichés seront utilisés (impression, etc.).

Tout doit être clair avant le jour J.

2. Visitez les lieux du mariage

Visitez les emplacements des différents lieux que vous photographierez avant le grand jour.

Je trouve vraiment utile de savoir où je vais.

3. Créer une 'Shot List'

L'un des conseils le plus utile que j'ai reçus au sujet de la photographie de mariage est de faire réfléchir le couple sur les photos de famille qu'ils aimeraient que vous capturiez le jour et la compiler avec votre liste afin de l’avoir sous la main durant le mariage.

5. Demander un Coordinateur photo famille

Demandez au couple de nommer un membre de la famille (ou un membre de chaque famille) qui pourra vous aider à regrouper les membres des familles pour les photos de groupes.

6. La préparation est la clé

Tant de choses peuvent mal tourner le jour J- vous devez donc être bien préparé. Avoir un plan de secours (en cas de mauvais temps), avoir des batteries chargées, des cartes mémoire de réverse, penser aux itinéraires et le temps qu’il faut pour arriver à chaque endroits et obtenir un planning complet de la journée.

7. Utilisez deux caméras

Achetez, empruntez, louez ou volez une caméra supplémentaire pour la journée.

Réglez la même heure sur les deux.

Configurez-les avec des objectifs différents.

J'essaie de photographier avec un objectif grand angle 24-70 mm et un objectif plus long (j'utilise un 70-200mm).

8. Éteignez le son sur vos appareils photos

Rien de plus perturbant que les bips pendant les discours, le baiser et les vœux ….

9. Shootez les petits détails

Les anneaux, le dos de la robe, les chaussures, les fleurs, la mise en place des tables, les menus, etc - cela donne une dimension supplémentaire à l'album final.

10. Soyez audacieux mais pas envahissant

Parfois vous devez être audacieux pour capturer un moment. Cependant le timing est la clé et penser à l'avance à vous mettre au bon endroit pour les moments clés afin de ne pas perturber l'événement.

11. Apprenez à utiliser la lumière diffuse

La capacité de faire rebondir la lumière du flash ou de la diffuser est la clé. Vous trouverez que dans de nombreuses églises cette lumière est très faible. Si vous êtes autorisé à utiliser un flash (et certaines églises ne le permettent pas), regardez ce que cela donne en utilisant les mur avec le flash ou achetez un diffuseur flash pour adoucir la lumière. Si vous ne pouvez pas utiliser un flash, vous devez soit utiliser un objectif rapide à larges ouvertures et / ou augmenter l'ISO. Une lentille avec stabilisation d'image pourrait également aider.

12. Photographiez en RAW

Beaucoup pensent qu'ils n'ont pas le temps de photographier en RAW (en raison d'un traitement supplémentaire) mais un mariage est la fois ou il peut être particulièrement utile car il donne beaucoup plus de flexibilité pour manipuler les photos après les avoir prises. Un mariages peut présenter des photographies avec un éclairage délicat qui entraîne la nécessité de manipuler l'exposition et la balance des blancs après coup - RAW aidera considérablement.

13. Ne pas jeter vos «erreurs»

La tentation avec le numérique est de vérifier les images au fur et à mesure et de supprimer celles qui ne fonctionnent pas immédiatement. Le problème avec cela est que vous pourriez supprimer certaines des images les plus intéressantes et utilisables. Gardez à l'esprit que les images peuvent être recadrées ou manipulées plus tard pour vous donner des images plus artistiques / abstraites qui peuvent ajouter un réel intérêt à l'album final.

14. Changez de perspective

Chercher un peu de créativité dans vos photos. Bien que la majorité des images de l'album final soient probablement assez normales ou poses formelles - assurez-vous de varier les choses en prenant des photos sous différents angles: de bas en haut, de haut en bas, en grand angle, etc.

15. Et enfin: Amusez-vous!

Plus vous aurez de plaisir en tant que photographe, plus cela se verra sur vos photos.

Concours PhotoSuisse 2017

By Didier Steyaert posted Nov. 20th, 2017

PHOTOSUISSE est l'organisation faîtière des intéressés de photos de toute la Suisse.

Actuellement y sont rattachés 55 clubs et 130 personnes comme membres individuels.

PHOTOSUISSE organise des concours au niveau national, en couleur, en noir-blanc et projection numérique.

Ces concours animent une activité photographique intense et la remise des prix 2017 a été faite ce week-end.

https://www.photosuisse.ch

CONFERENCE

By Didier Steyaert posted Nov. 06, 2017

Voici les quelques règles à respecter pour un shooting durant une conférence.

1. Apportez des piles, des cartes mémoire, vos câbles et des chargeurs supplémentaires

2. Sortez du mode auto: utilisez le mode de priorité vitesse (S ou Tv) et mettez iso sur Auto

3. Soyez discret: Les coups décontractés sont meilleurs: Mon but n'est pas d'être remarqué ou vu.

4. Faites attention à l'arrière-plan

5. Essayez de ne pas utiliser le flash: Prendre des photos lors d'une conférence n'est pas facile, la plupart du temps l'éclairage est faible mais les boitiers de nos 


jours peuvent monter très haut dans les ISO afin de compenser.

6. Faites attention à l'éclairage

7. Définir la balance des blancs

8. Plus c'est mieux: on me demande souvent "wow comment as-tu eu ce cliché!?!". J'ai une réponse simple: la chance et prendre beaucoup de photos.

9. Zoom moins, marche plus:

On dit que les zooms ont rendu les photographes paresseux. Je ne sais pas à ce sujet, mais si vous vous déplacez, approchez-vous, pliez, tordez (c'est seulement votre corps, allez-y) vous trouvez souvent que vous obtenez de meilleurs clichés.

10. et enfin: Amusez-vous

Cyanotype

By Didier Steyaert posted Nov. 03, 2017

Le cyanotype est un processus d'impression photographique qui produit un imprimé cyan-bleu.

En 1842, W. Hershel, un scientifique et astronome anglais, a découvert le cyanotype, qu'il a utilisé pour copier des dessins.

Plus tard, le procédé a été utilisé pour faire des photogrammes. Le procédé utilise deux produits chimiques: le citrate de fer (III) d'ammonium et le ferricyanure de potassium.

Je vais passer du process du coating au séchage.

Je ne suis pas un expert. C'est comme ça que je fais les choses - elles fonctionnent pour moi, mais vos variables peuvent différer. Une grande partie du plaisir de travailler avec des processus alternatifs est ce qui se passe quand vous expérimentez.



Choisissez bien votre support


La première chose est le choix du papier.

Le cyanotype fonctionne sur tous les types de médias mais il fonctionne mieux sur certains que sur d'autres.

Mon conseil est de choisir avant tout un papier qui supporte bien d'être mouillé.

J'ai fait beaucoup de tests sur différents papiers et je vais montrer ici les tests réussis car quand ça ne marche pas, ça ne marche pas: tout le coating qui disparaît du papier, délaminage des différentes couches, cloques ou impossible de laver le papier correctement (image fortement verdâtre ...).

Post-processing

C'est pas nouveau ....

Le post-traitement est une étape très importante du travail de photographe mariage…  

Le but : fournir les meilleurs souvenirs photographiques aux personnes qui ont accordé leur confiance !

Afin de tordre le cou à une idée assez répandue, il est bon de savoir que le post-traitement des photos existait déjà à l’époque de l’argentique: les tireurs effectuaient déjà, en chambres noires, des manipulations très fastidieuses pour tirer le meilleur de leurs négatifs… 

Filtres pour accentuer telle ou telle couleur, caches bricolés pour le dodge & burn, etc…

Post-processing is a very important step in the work of wedding photographer ...

The goal: to provide the best photographic memories to those who have given their confidence!

In order to twist the neck to a widespread idea, it is good to know that post-processing of photos already existed at the time of the silver: the photographers were already, in  dark rooms, very tedious manipulations to pull the Best of their negatives ...

Filters to emphasize this or that color, homemade mask for dodge & burn, etc ...

Delta du Rhône vue du ciel

By Didier Steyaert posted June 14, 2017

Vol en Gyrocoptère sur la partie ouest du delta du Rhône (Camargue - France).

Cette zone est peuplée chaque année par 20 000 flamands rose et de nombreux échassiers et autres oiseaux d'eau.

Les marais, les dépôts alluviaux du Rhône et l'industrialisation du sel font de cette région une véritable source d'inspiration pour la photographie aérienne, la palette passant des roses vifs aux verts intenses.

Le vol a été réalisé avec Jean-Christophe Gibert et Philippe Letroux ( contact@vaucluse-ulm.com ) de la société Vaucluse ULM ( www.vaucluse-ulm.com )

Le reportage a été publié le 23 juin 2017 dans Camarapixo: Sound and Vision :

https://issuu.com/camerapixo/docs/camerapixo-press04-digital?e=1506600/50432531


Flight in Gyrocoptère over the western part of the Rhône delta (Camargue - France).

This area is populated every year by 20,000 flamingo and numerous waders and other Waterbirds. 

The marshes, the alluvial deposits of the Rhône and the industrialization of salt make this region a true source of inspiration for aerial photography, the palette passing from bright pinks to intense greens.

The flight was realized with Jean-Christophe Gibert and Philippe Letroux (contact@vaucluse-ulm.com) of Vaucluse ULM (www.vaucluse-ulm.com)

The reportage has been published on June 23, 2017 in Camarapixo: Sound and Vision:

https://issuu.com/camerapixo/docs/camerapixo-press04-digital?e=1506600/50432531